© Alta Volta Agency

Léa Bismuth

Léa Bismuth est critique d’art et commissaire d’exposition. Elle collabore très régulièrement avec artpress depuis 2006. Sa pratique de commissaire d’exposition mêle littérature et art contemporain. C’est dans cette perspective qu’il faut appréhender le programme de recherche curatoriale qu’elle a initié avec une trentaine d’artistes : La Traversée des Inquiétudes (d’après Georges Bataille, 2016-2019), à Labanque de Béthune.

L'Antichambre project / Anatomie du domestique, physiologie du goût

Nicolas Boulard

Nicolas Boulard est né en 1976 à Reims. Depuis 2002, après ses études à l’école supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, il développe une pratique artistique qui puise ses principales sources d’inspiration dans les produits des terroirs. En grand curieux voire fin connaisseur des multiples règles qui en encadrent la production et la commercialisation, les retournements et autres déplacements qu’il opère en les déjouant l’ont par exemple conduit à planter un vignoble bordelais en Alsace ou à contrefaire une cuvée de Romanée-Conti. Son travail pointe de fait des problématiques sociétales dont l’actualité ne se conjugue jamais au passé, telle que la définition d’un territoire, d’une identité et de ses limites. Si l’artiste cultive volontiers les incursions dans des domaines a priori étrangers à la culture artistique, son exploration de la viticulture ou, plus récemment, du monde des fromages, le renvoie régulièrement à des références majeures de l’art du XXe siècle dont nombre de ses œuvres se font écho.

Son travail artistique a été présenté dans plusieurs expositions dans les Fracs Champagne Ardenne, Alsace, Aquitaine, au MOMA de San Francisco, au musée de l’Objet à Blois. Il vit actuellement près de Paris.

Sabrina Vitali

 

Mon travail se déploie comme une image ouverte sur les profondeurs d’un corps vivant, offrant au visiteur cheminant, une expérience intérieure. Il est une réflexion sur la naissance des formes et les différents temps de l’œuvre, de la fabrication à la destruction, pour constituer un cycle de métamorphoses. Mes pièces sont des entités baroques pensées comme des architectures vivantes, activées par des performances, ou simplement par la déambulation des visiteurs. Elles sont élaborées dans un mouvement de va-et-vient de la structure à la surface, de l’ossature au du drapé, selon un processus de fabrication ritualisé, qui participe du sens et de la poésie des formes qu’il engendre.